Le réveil sonne - Page 2

Publié le par Camille Butterfly


Le rêve encore en souvenir, je sortis du lit en quête de la machine à café. Elle vrombit à la pression de mon doigt sur le bouton. Un filet brun s'effilocha, j'eus juste le temps d'attraper une tasse pour le recueillir avant qu'il ne s'écoule complètement. Mon esprit était dissipé, je n'étais pas accoutumé à ce genre d'étourderie, surtout que je ne regardais pas ailleurs.

La première gorgée me brûla la langue. Les suivantes exhalèrent ce parfum coutumier, au pouvoir si particulier, comme à chaque fois que je buvais un café. Dans n'importe quel contexte, arrivait un instant où la saveur captivait mon attention faisant oublier tout mon environnement, un moment de présence avec moi-même sur un détail à l'intérieur de mon corps, lorsque habituellement j'étais happé par le dehors.

Un gant se tenait sur le sol, oublié par Marjory. J'aurais pu lui témoigner plus d'importance mais elle s'était vexée sur un incident absurde sans me laisser le moindre répit. Elle était à fleur de peau à chaque négligence parce qu'elle sentait bien qu'elle n'était pas le centre de ma vie et aurait aimé l'être. Cette fois, cette maladresse de trop précipitait la fin de notre relation. C'était probablement mieux ainsi. La perspective d'un couple routinier me faisait peur. Quelque chose d'autre m'attirait en ce monde, mais j'ignorais quoi, peut-être l'inconnu.

Je me fis couler un autre café, histoire de m'ancrer davantage à la réalité. La glace de la salle de bain était recouverte de buée. Je passai la main dégageant une bande pour m'observer, la fatigue devait me dessiner un teint blafard et des paupières cernées d'ombres, mais je lâchai la tasse en me voyant. Elle rebondit sur l'émail blanc de l'évier avant de se briser sur le sol. Le tapis s'inonda d'une flaque brune. Je ne bougeai plus. Puis essuyai entièrement la vitre pour être sûr. Aucune image ne se reflétait. Je me massai les yeux, cela ne changea rien, je ne savais plus quoi penser, était-ce ma vue ? Pourtant je pouvais voir distinctement tout ce qui m'entourait, mes mains, mon corps. La glace renvoyait parfaitement le décor de la salle de bain, par contre mon reflet n'apparaissait pas. J'étais absent alors que physiquement devant le miroir.

Je me vêtis d'un peignoir et ouvris la fenêtre. Le soleil était levé depuis peu en ce jour d'hiver. Je me penchai sur le balcon, l'air froid me saisit. À la boulangerie, des voisins du quartier faisaient la queue et la locataire du premier promenait son chien. Me montrer dans cette tenue et par ce temps, pouvait leur sembler incongru mais j'étais incapable de bouger. Tout mon corps tremblait. Je mis ça sur le dos du climat. Finalement je décidai de vérifier à nouveau, peut-être était-ce un moment d'égarement, depuis mon réveil je n'étais pas vraiment alerte.



Publié dans Nouvelle 2

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ernest J. Brooms 07/09/2007 10:55

... et je me fais couler une autre tasse de café noir, qu'il me sorte de ma nuit blanche...Bravo pour cette écriture très plaisante !

Camille Butterfly 07/09/2007 17:45

Merci ! par contre en jetant un oeil vite fait sur cette page, je vois plein de choses que j'aimerais changer avec du recul... l'écriture serait-elle perfectible à l'infini...

dominico740 08/01/2007 16:03

ne t'inquette pas je suis avec toi pour tes votes

Camille Butterfly 08/01/2007 21:33

Merci à vous deux !!!et bravo pour vos textes.J'adore ce que vous écrivez et vos univers qui s'en dégagent (^_^)Aparté pour Dominique : on aurait presque pu naitre le même jour mais tu m'as devancée d'une journée :-)

Tessa 08/01/2007 11:36

Je viendrais lire Bip Bip Bip page 3 et puis 4 et puis 5...J'aime beaucoup ton poème " Liberté ", vraimant beaucoup. Je t'insère dans mes favoris pour pouvoir lire la suite de l'histoire.
Et merci pour ton vote au festival de romans, je t'en ai accordé un dixième en te souhaitant d'en avoir davantage encore...
Bonne année de bonheur dans l'écriture et bonne continuation.
Tessa